Le 10 septembre dernier fut inauguré un ossuaire à Bourg-en-Bresse, pour recevoir les dépouilles des soldats morts pour la France dont les sépultures privées étaient reprises suite à une fin de concession ou un abandon. Sur la liste des noms de l’ossuaire, celui de Louis Chevrier de Corcelles. Une surprise car sa tombe avait été entretenue. Le lieutenant-colonel Jean-Louis Pierret qui m’avait transmis l’information a pu revoir le président du Souvenir Français, et il y a un rebondissement. On peut même parler d’un répit pour Louis Chevrier de Corcelles …

Lire la suite »

Par un message récent, le lieutenant-colonel Pierret, président de l’amicale du 133e RI, m’a appris que la dépouille de Louis de Corcelles, dont j’ai publié les lettres de guerre commentées chez Edhisto, avait rejoint en septembre dernier le nouvel ossuaire militaire du cimetière de Bourg-en-Bresse. Une surprise car la tombe avait été photographiée par Véronique Janéaz et publiée dans mon ouvrage. Mais aussi une prise de conscience sur l’enjeu des tombes abandonnées et reprises par la commune, dont certains corps sont ceux de « morts pour la France ».

Lire la suite »

Les archives de l’Ain viennent de mettre en ligne le fonds Bernard, une collection de près de 35 000 plaques photographiques du Bugey et des ses habitants au XXe siècle. Et surtout, avec ces photos, le nom des personnes photographiées grâce aux 80 agendas conservés intactes. C’est donc une formidable base pour retrouver éventuellement les visages des officiers, sous-officiers et soldats du 133e RI ou du 23e RI, ainsi que leur familles. Et la première surprise est de trouver une série de portraits du fils du commandant Barberot, Jacques, et de son épouse Alice. D’autres portraits sortent aussi après une recherche lancée sur les nombreux noms rencontrés depuis plus de 7 ans lors des articles et recherches. Faisons l’inventaire …

Lire la suite »

Il est des rencontres improbables qui vous permettent de récupérer un témoignage d’un autre temps, que vous pensiez tout simplement impossible. C’est ainsi que cet été, j’ai pu échanger avec madame Hélène Lebert, 99 ans, fille du docteur Marius Voiturier. Qui est le docteur Voiturier (qu’on voit au milieu de la photo ) ? D’après l’une des lettres de Louis de Corcelles, ce serait le médecin militaire du 5e BCP qui secourut le commandant Barberot le 4 août 1915 au Linge pendant le bombardement qui lui fut fatal. Retrouver plus de 100 ans plus tard la fille de ce témoin est une chance que je suis heureux de ne pas avoir laissé passer. C’est l’occasion de rendre hommage à ce médecin qui accomplit pendant toute la guerre son devoir au secours des blessés qui lui furent confiés.

Lire la suite »

A l’occasion du centenaire de l’armistice de la Grande Guerre, Bayard avait réédité sous forme d’un petit ouvrage (Trois poilus racontent : « J’ai vécu la Première Guerre mondiale ») les témoignages de trois poilus, parmi les derniers encore vivants, parues en 2004 dans le magazine Okapi. Parmi ces trois hommes, Claude-Marie Boucaud, un ancien du 133e RI et du 23e RI, le dernier poilu vivant du 133e RI. Son témoignage, près de 90 ans après les faits, est intéressant, bien que filtré par le temps et la mémoire. Voici quelques points saillants de ce récit, et le contact personnel que j’ai essayé d’établir quelques mois avant sa disparition.

Lire la suite »